[Test] Gommage au coco bio Essential care

J’ai eu l’occasion de découvrir la marque de cosmétiques bio anglaise Essential Care.

C’est une entreprise familiale qui est très engagée dans la lutte pour la protection de l’environnement et qui soutient l’agriculture biologique. Les ingrédients utilisés sont naturels, et les INCI ressemblent beaucoup aux recettes des produits que nous faisons homemade. Des produits efficaces, éthiques et respectueux de l’environnement.

Essential Care propose diverses catégories de produits :  visage, pour maman et bébé, gels douches, soins capillaires, le tout non testés sur les animaux. Ils sont labellisés Soil qui garantit au moins 70 % d’ingrédients bio.

Je vais vous parler aujourd’hui d’un gommage au coco qui est comestible. Si si, je l’ai goûté, il est plutôt bon ! 🙂

Ce gommage a été élu meilleur soin corporel bio 2009 par la Soil association et je comprends pourquoi.

Voici son INCI :

Huile de coco, sucre, beurre de cacao, beurre de karité, noix de coco, graines de pavot, huile de myrte.

Il se présente dans un pot en verre . C’est un gommage très gourmand qui sent bon. Il a l’air crémeux à souhait.

A l’utilisation :

Soit on l’utilise sur peau sèche pour une exfoliation plus corsée, méthode que je préfère. Soit on l’utilise sur peau humide mais le sucre fond plus rapidement mais restent tout de même les grains de pavot.

Donc sur peau sèche pour ma part, en massage, exfoliation de la peau avec ce gommage à la texture divine puis rinçage… peau merveilleusement douce après et parfumée, mais aussi nourrie !

J’ai adoré ce gommage… tout en douceur.

En tout cas c’est un produit que j’emmènerai sur une île déserte, car il nourrit la peau et pourrait aussi me nourrir 😉 et surtout un gommage vers lequel je reviendrai tant la texture m’a bluffée et le parfum m’a fait du bien… car sans aucune fragrance, c’était une véritable plaisir.

Mais un produit aussi chouette a un coût : 40 € les 200 g , mais ce gommage dure. C’est un produit fait à la main, il faut le souligner.

Ce gommage corporel est disponible sur la boutique Essential Care.

J’ai eu aussi l’occasion de tester deux autres soins grâce à des échantillons :

La crème régénératrice bio à l’avocat : utilisée en soin de nuit. C’est un excellent soin régénérant. Ma peau lui a dit merci car elle en avait besoin. Trop riche pour la journée.

La crème hydratante bio à la rose : une émulsion très fine qui pénètre bien. Peau nourrie et teint frais.

Je pense que cette marque gagne à être connue dans le monde du bio en France. Même si c’est un test produit, mon avis est très objectif.

Merci à Émilie.

Publicités

Savon « Ricola »

Un de mes plaisirs c’est de sentir l’odeur de la verveine exotique/litsée citronnée/litsea cubeba. Je suis amoureuse de cette odeur. Elle me rend joyeuse, me revigore… et j’avais envie de la coupler à la citronnelle car j’avais aimé la synergie qu’avait réalisée Métisse pour un de ses savons La cigale enchantée (citronnelle/eucalyptus citronné).

Partant sur cette envie, je me suis lancée ENCORE dans un savon vu que c’est une des seules choses dont je suis capable en ce moment et que je réussis. Et surtout que j’ai vraiment pas envie de gâcher mon lait de chèvre (j’ai fini par congeler une partie d’ailleurs).

Savon « Ricola » :

30 % beurre de karité

30 % huile de macadamia

20 % huile de coco

10 % huile de tournesol

10 % huile de ricin

A la trace : lait de chèvre, huile essentielle de citronnelle, huile essentielle de litsée citronnée, colorant bleu+jaune.

La synergie des deux huiles essentielles donne une agréable odeur de Ricola verveine citronnée, qui vous le devinez sont mes préférés.

Savon à la lavande pour Catherine

Catherine est une copine de fac et même si je ne la vois que très rarement (ça doit faire 4 ans que je ne l’ai pas vue), c’est une personne que j’apprécie beaucoup. Un peu décalée, très chouette. Elle aime les savons à paillettes. C’était chouette quand je faisais du melt and pour mais maintenant je dois me battre avec la soude pour qu’elle ne me les mange pas.

Sinon elle aime la lavande, c’est un peu mieux. Sauf pour ceux qui n’aiment pas travailler la lavande. J’en suis.

J’aime pas trop trop la lavande sauf pour ses effets zen à petite dose. Sinon quand je suis trop en contact avec, ça me rappelle la mauvaise lavande des produits pour WC (la lavande synthétique que je sentais quand j’étais contrainte de rester enfermée dans les WC quand j’avais une migraine et que c’était le seul endroit où je pouvais être dans le noir).

La lavande, ce n’est pas comme les agrumes. Ca tient. Et quand on fait sécher les savons dans la chambre, on regrette d’avoir dit oui à la lavande. Mais bon, Catherine elle les mérite amplement.

Recette du savon à la lavande pour Cath

(batch de 600 g)

Huile d’olive 30 %

Huile de tournesol 20 %

Beurre de karité nilotica15 %

Huile de babassu 15 %

Huile de coco 15 %

Huile de ricin 5 %

A la trace : 1 cuillère à café de miel de lavande, 1 cuillère à soupe de crème fraiche.

Après shampooing d’Artimuse ♥

Depuis la coupe de mes cheveux défrisés, j’essaye d’utiliser que du maison et j’ai dû acheter en catastrophe du shampooing car le fait d’utiliser du savon en shampooing a accentué le problème de pellicule blanche (voir ci dessous souci de BTMS). La rage, j’ai un plein batch de savon shampooing « Lemniscate » qui attend, je vais m’en servir pour le corps tiens. Je ne sais pas si c’est une histoire de clarification comme pour la méthode no poo mais du coup je suis retournée à un lavage par semaine avec un shampooing « classique » sans parabens ni silicones et le reste de la semaine je tourne à l’après shampooing. Même le savon noir ne me convient plus.

Donc il me fallait un après shampooing digne de ce nom. J’aimais beaucoup la recette de Pucemouth mais mon BTMS foire. Je suis en guerre avec mon BTMS de Gracefruit qui me fait n’importe quoi… du genre me laisser une pellicule blanche dans les cheveux alors que je le fais bien fondre, que je le mélange bien à température avec ma phase acqueuse (mixeur ou fouet)… bref je fais tout bien, et une fois j’étais super pressée et pas très réveillée, je suis partie rejoindre une copine et elle m’a fait remarquer que j’avais aux racines une pellicule blanche. Pas très glam. Je n’ai jamais rencontré ce problème avec les BTMS de Of a Simple Nature ou Aroma Zone par exemple.

En me baladant sur le blog d’Artimuse, je vois sa dernière recette, un après shampooing « Douceur de miel » avec du BTMS, de la glycérine et du miel.

Voilà, j’ai essayé, je suis conquise.

Un après shampooing dont la texture est fondante, agréable. Une petite merveille.

J’ai suivi la recette d’Artimuse, entre parenthèses mes ajouts ou changements :

Ingrédients:

– eau ou infusion de plantes: 87% ( 85 % infusion de camomille pour apaiser, car j’ai le cuir chevelu qui me démange + 2 % silicone végétal)

– BTMS: 7%

– glycérine: 2% (j’ai fait un macérat glycériné de vanille)

– miel: 2.5%

– HE: 0.5% (j’ai ajouté quelques gouttes d’arôme d’amande amère)

– conservateur geogard : 1%

J’ai suivi son mode opératoire.

J’ai pris la liberté d’ajouter 5 g de karité nilotica (mon amour de karité :))

J’ai laissé poser le temps de me passer un fondant de douche sur le corps, ensuite j’ai démêle mes cheveux avec un peigne à dents larges et j’ai rincé… le démêlage a été un jeu d’enfant.

Savon pour Emadra [#1]

Il y a quelques temps, j’ai effectué un troc avec Emadra (forum des Céphées) et je lui ai glissé un savon Pomme Féérie dans son paquet.

Elle l’a visiblement apprécié et m’a demandé si je pouvais lui faire du savon avec sa fragrance préférée. J’ai accepté et elle m’a donc envoyé de sa fragrance et une foule de cadeaux ! des beurres & huiles (palme, cacao, babassu…), des contenants en verre, du thé à la rose de chez Velan (mon péché mignon), du thé au jasmin, des bougies homemade, d’autres bricoles….

J’ai été super gâtée, et du coup je me suis lancée dans ce savon… à l’huile de palme. Oui… palme… bio. Première fois pour moi. Je n’ai pas été gênée lors de la préparation du savon mais c’est à la découpe. Ce n’était pas comme d’habitude, mais est ce la palme ? Je l’ai moulé dans une brique de lait car c’était un batch de 500 g. Alors ma découpe n’a pas été jolie et là je suis vraiment gênée pour la demoiselle à qui je dois envoyer ces savons. Du coup, j’ai commandé sa fragrance et j’ai un batch qui va lui être destiné.

Emadra, si tu me lis : je t’ai envoyé tout de même les savons comme promis, et je te prépare un nouveau batch (ce qui est un plaisir pour moi).

Le Savon d’Emadra #1


(batch de 500 g)

Huile d’olive 20 %

Huile de tournesol 20 %

Huile de coco 15 %

Huile de palme 15 %

Karité nilotica 10 %

Monoï de Tahiti 10 %

Huile de ricin 10 %

A la trace : 1 cuillère à soupe de crème fraiche, fragrance Youth Dew d’Estée Lauder.

Savon de la Saint Patrick

Et oui, aujourd’hui c’est la Saint Patrick !

C’est l’occasion de vous présenter mon savon réalisé pour l’occasion.

C’est un savon à inclusion, j’ai commencé par réaliser un savon à couche au miel et au lait de soja et j’ai coloré une partie de la pâte en vert avec du colorant alimentaire. J’ai laissé prendre une après midi et après une phase de gel intense, j’ai pu démouler et couper en morceaux. J’ai découpé en cubes, posé sur une planche en bois et emballé dans du cello pour une nuit. Le lendemain, j’ai attaqué la base du savon. C’est un savon sans fragrance, au lait de soja et yaourt sojasun + miel.

Voici la recette :

Savon inclusion :

(batch de 500 g)

Savon pour la base :

(batch d’1 kg)

25 % Huile de coco

25 % Beurre de cacao

25 % Huile d’olive

15 % Huile de chanvre

10 % Huile de ricin

Dissolution de la soude dans du lait de soja (le minimum de liquide) et ajout d’un yaourt sojasun à la trace (pour les 500 g j’ai ajouté 1/2 sojasun) + 1/2 cuillère à café de sel.

Autre ajout à la trace : 1 cuillère à soupe de miel.

[Edit : pas d’alcool dans ce savon, je n’en bois pas et je n’aurais pas osé de peur d ‘avoir un figeage rapide)

Savon « Orange Santal »

Un savon auquel j’ai pensé pendant des jours, des semaines… depuis que j’ai acheté la pâte de santal à Velan (épicerie indienne M° Château d’Eau à Paris). Cette pâte est utilisée pour nettoyer et adoucir la peau du visage, diluée dans un peu d’eau de rose. Moi je lui réservais un tout autre sort 🙂

Pourquoi Orange Santal ? je ne sais vraiment pas. Parfois une intuition… on se dit « et pourquoi pas » ? et on n’est pas déçu.

La seule déception que j’ai rencontrée en réalisant ce batch, c’est la couleur… je voulais un dégradé d’orange. J’ai du rouge, du orange et même du vert… oui, du vert !! j’ai utilisé la méthode du funnel (entonnoir) mais ma pâte a figé trop vite donc j’ai fini avec la méthode du « vite vite ».

C’est la seconde fois que j’utilise l’huile de palme dans un savon (la première fois est dans un savon donc je vous donnerai la recette quand l’intéressée recevra son colis). Je ne sais pas, je rencontre un certain dégoût pour la palme et j’ai du mal à l’incorporer dans mes batchs car je l’exclus de mon alimentation mais aussi pour le côté écolo car la production intensive de palme est un véritable désastre. C’est pourtant de la bio (donc un peu plus contrôlée quand même), mais depuis le début j’utilise la coco, ou le beurre de cacao pour bien durcir.

Celles qui n’utilisent pas de palme, quelles sont vos raisons ?

Revenons à nos moutons… voici la recette de l’Orange Santal :


(Batch de 700 g)

20 % huile de coco

20 % huile d’olive

10 % huile de palme

10 % huile de chanvre

10 % beurre de karité nilotica

10 % huile d’avocat

10 % beurre de babassu

10 % huile de ricin

Soude diluée dans de l’eau filtrée.

Ajout à la trace de 2 % d’huile essentielle d’orange douce et d’une demi cuillère à café de pâte de santal ainsi qu’une cuillère à café de sel.

L’odeur de l’orange après cure est toujours présente. C’est génial !!

Par contre je vais le laisser curer 1 mois de plus car il fond vite.

Savon « Menthe-Verveine »

Un reste de thé à la menthe à l’abandon depuis le repas du midi.. on jette ? NON !! SAVON !!

Encore une association d’odeurs que je voulais essayer, c’était le bon moment.

N’ayant plus d’huile essentielle de verveine (exotique ou pas d’ailleurs il va falloir que je passe une grosse commande), j’ai utilisé un chouilla de la monstrueuse bouteille de fragrance que Zsa zsa m’avait envoyé il y a quelques temps (j’ai encore des tas de savons en perspective à faire… oh tiens ça me donne une idée… grrr !).

Je voulais un savon frais, avec une odeur pas prise de tête, pour matins difficiles. Mes matins le sont de plus en plus d’ailleurs hihi :/

Enfin, voici l’attendu, le savon « Menthe-Verveine »

Sa recette ?

50 % Huile d’olive

25 % Huile de coco

20 % Beurre de karité

5 % Huile de ricin

Soude diluée dans du thé à la menthe fraiche maison (liquide minimum)

Ajout à la trace de thé à la menthe en sachet + un peu de verveine pilée + 20 ml de lait de soja + 1 cs de miel de fleurs + fragrance verveine + 1 poil de colorant alimentaire (mangé par la soude).

Thé à la menthe en sachet sur le savon en déco.

Lait de bain « Douce rose »

Un lait de bain à la rose pour un pur moment de détente et un pur bonheur olfactif.

Ce lait est à la fois fizzant, moussant, hydratant, parfumant et relaxant.

De plus, il est très facile à réaliser.

Lait de bain « Douce rose »

1 part de lait en poudre (de vache ou chèvre…)

1 part de bicarbonate

1 part d’acide citrique

1/2 part de sels de la mer Morte

1/4 part de sels de l’Himalaya

1/4 part de sel fin

1 cuillère à café de thé à la rose

Quelques gouttes d’huile essentielle de rose

Baume capillaire « Marzipan »

Besoin d’un baume capillaire, j’ai pensé à une recette du type 80 % beurres et huiles et 20 % cire émulsifiante.

Une fois le choix des beurres/huiles, je suis allée faire un tour sur le blog de Reo… et j’ai vu qu’elle avait déjà réalisé ce genre de baume, donc je vous propose ma version du baume capillaire de Reo

Baume capillaire « Marzipan »

60 % beurre de karité Nilotica

15 % huile de coco

5 % d’huile de ricin

20 % cire émulsifiante Polawax.

Tout faire chauffer ensemble au bain marie. Ensuite une fois les beurres/huiles/cire fondus, retirer du feu et laisser tiédir un peu, puis ajouter la fragrance (pour moi c’était « Marzipan »).

Couler dans un pot et laisser figer.