Zombie

Zombie

Robe noire
€27 – newlook.com

Publicités

The Ten Book Challenge…

…ou comment devoir désigner 10 livres qui nous ont marqués alors qu’on adore lire.

Une amie m’a tagguée sur Facebook afin de participer au défi  ‪#‎The10BooksChallenge‬, ça change des défis genre glaçons/restau/débile et ça cause vachement plus.

Par contre, ils ne seront pas dans l’ordre, il m’est impossible de dire lequel je préfère et d’établir un « classement »

1 – La trilogie des fourmis de Bernard Werber

9782253072980

Quatrième de couverture : « Pendant les quelques secondes nécessaires pour lire cette seule phrase vont naître sur terre quarante humains mais surtout sept cents millions de fourmis. Depuis plus de cent millions d’années avant nous, elles sont là, réparties en légions, en cités, en empires sur toute la surface du globe. Iles ont créé une civilisation parallèle, bâti de véritables royaumes, inventé les armes les plus sophistiquées, conçu tout un art de la guerre et de la cité que nous sommes loin d’égaler, maîtrisé une technologie stupéfiante. Elles ont leur propre Attila, Christophe Colomb, Jules César, Machiavel ou Léonard de Vinci. Le jour des fourmis approche. Le roman pas comme les autres nous dit pourquoi et nous plonge de manière saisissante dans un univers de crimes, de monstruosités, de guerres tel que nous n’en avons jamais connu. Au-delà de toute imagination. Il nous fait entrer dans le monde des infra¬terrestres. Attention où vous mettrez les pieds. Après avoir lu ce roman fascinant, vous risquez de ne plus regarder la réalité de la même manière ».

2 – Antigone de Jean Anouilh

Antigone Jean Anouilh

Quatrième de couverture : « Après Sophocle, Jean Anouilh reprend le mythe d’Antigone. Fille d’Oedipe et de Jocaste, la jeune Antigone est en révolte contre la loi humaine qui interdit d’enterrer le corps de son frère Polynice. Présentée sous l’Occupation, en 1944, l’Antigone d’Anouilh met en scène l’absolu d’un personnage en révolte face au pouvoir, à l’injustice et à la médiocrité ».

3 – Chroniques Martiennes de Ray Bradbury

Chroniques Martiennes Ray Bradbury

Quatrième de couverture : « J’ai toujours voulu voir un Martien, dit Michael. Où ils sont, p’pa ? Tu avais promis.- Les voilà », dit papa. Il hissa Michael sur son épaule et pointa un doigt vers le bas.Les Martiens étaient là. Timothy se mit à frissonner.Les Martiens étaient là – dans le canal – réfléchis dans l’eau. Timothy, Michael, Robert, papa et maman.Les Martiens leur retournèrent leurs regards durant un long, long moment de silence dans les rides de l’eau… ».

4 – L’Alchimiste de Paulo Coehlo

L'alchimiste Paulo Coehlo

Quatrième de couverture :

 » Mon coeur craint de souffrir,
dit le jeune homme à l’alchimiste,
une nuit qu’ils regardaient le ciel sans lune.
– Dis-lui que la crainte de la souffrance
est pire que la souffrance elle-même.
Et qu’aucun coeur n’a jamais souffert
alors qu’il était à la poursuite de ses rêves. »

L’Alchimiste est le récit d’une quête, celle de Santiago, un jeune berger andalou parti à la recherche d’un trésor enfoui au pied des Pyramides. Dans le désert, initié par l’alchimiste, il apprendra à écouter son cœur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve. Destiné à l’enfant que chaque être cache en soi, L’Alchimiste est un merveilleux conte philosophique, que l’on compare souvent, au Petit Prince, de Saint Exupéry, et à Jonathan Livingston le Goéland, de Richard Bach.

5 – Hygiène de l’assassin (et/ou Péplum et/ou Métaphysique des tubes) d’Amélie Nothomb

Hygiène de l'assassin - Amélie Nothomb

Quatrième de couverture : « Prétextat Tach, quatre- vingt- trois ans, prix Nobel de littérature n’a plus que deux mois à vivre. Monstre d’obésité et de misanthropie il joue avec une cruauté cynique à éconduire les journalistes venus l’interviewer. Les quatre premiers fuient épouvantés. La cinquième, Nina,  aura raison de lui et de son secret : sous les mots se cache le crime et sous l’œuvre l’imposture. La littérature, la vraie, est faite de larmes et de sang ».

6 – Contes de la bécasse de Guy de Maupassant

Contes de la bécasse - Guy de Maupassant

Quatrième de couverture : « Le Maupassant des grands jours, des histoires assez lestes qui, dans la veine de Boule de suif, évoquent des paysans trousseurs de filles, de plantureuses noces normandes, des quincailliers de province que le démon de midi pousse à d’infructueuses tentatives de viol dans des compartiments de chemin de fer. Mais aussi  » La Peur « ,  » La Folle « , le Maupassant qui en quelques pages touche le fond du coeur humain dans ce qu’il a de plus pitoyable ou cruel. Il n’est guère de portraits de la haine comparables à celui qui dans  » Saint-Antoine  » oppose un soldat allemand et un fermier du pays de Caux, et  » la Rempailleuse  » est peut-être la plus belle histoire d’amour que Maupassant ait jamais écrite.  »

7 – Misery de Stephen King

Misery - Stephen King

Quatrième de couverture : « Misery Chastain est morte. Paul Sheldon l’a tuée avec plaisir. Tout cela est bien normal, puisque Misery Chastain est sa créature, le personnage principal de ses romans. Elle lui a rapporté beaucoup d’argent, mais l’a aussi éttouffé : sa mort l’a enfin libéré. Maintenant, il peut écrire un nouveau livre.
Un accident de voiture le laisse paralysé aux mains d’Annie Wilkes, l’infirmière qui le soigne chez elle. Une infirmière parfaite qui adore ses livres mais ne lui pardonne pas d’avoir fait mourir Misery Chastain. Alors, cloué dans sa chaise roulante, Paul Sheldon fait revivre Misery. Il n’a pas le choix… ».

8 – L’éventail de Lady Windermere (et/ou Le portrait de Dorian Gray)  d’Oscar Wilde

L'éventail de Lady Windermere - Oscar Wilde

Quatrième de couverture : « La vertueuse ladyWindermere s’apprête à donner un bal pour son anniversaire. Elle est tout à ses préparatifs lorsqu’elle découvre que son époux entretient une femme à la réputation sulfureuse. Sa jalousie explose. Le mari dément. Mais, comble du déshonneur, il lui demande d’inviter cette mystérieuse inconnue le soir même… Premier grand succès théâtral d’Oscar Wilde, L’Eventail de lady Winderntere tourne en dérision les travers d’une société gouvernée par l’hypocrisie et l’argent. Ironie, cruauté et amour se mêlent dans cette comédie parfaitement maîtrisée et d’une drôlerie exquise, où l’auteur, distillant paradoxes et mots d’esprit, questionne aussi le pouvoir et l’inanité du langage ».

9 – Kiffe kiffe demain de Faiza Guène

Kiffe kiffe demain - Faiza Guène

Quatrième de couverture : « Doria a 15 ans, un sens aigu de la vanne, une connaissance encyclopédique de la télé, et des rêves qui la réveillent. Elle vit seule avec sa mère dans une cité de Livry- Gargan depuis que son père est parti un matin dans un taxi gris trouver au Maroc une femme plus jeune et plus féconde… »

10 – Ubu roi d’Aldric Jarry

Ubu roi - Aldric Jarry

Quatrième de couverture : « Le personnage d’Ubu, né d’une pièce créée par des lycéens, est devenu le symbole universel de l’absurdité du pouvoir, du despotisme, de la cruauté. Jarry en montre le ridicule, lui oppose l’arme que les faibles gardent face aux tyrans, la formidable liberté intérieure que donne le rire. Le sens du comique et de l’humour change le tyran en marionnette, en ballon gonflé d’air. »

Tellement lu (pour ne pas dire dévoré), tellement aimé de livres, j’ai mis ceux qui m’ont surement le plus marqué et à vrai dire, le n°1 reviendrait très certainement à Antigone de Jean Anouilh, qui m’a chamboulée et à qui je m’identifiais dans sa quête de justice. Lecture adolescente.

Belle journée,

signature

Shampooing solide « The Verv(e) »

Je continue sur ma lancée… toujours ma période verveine. Etant partie sur une idée de shampooing liquide, j’avais tout préparé. Puis j’ai pensé à mes moules Bouddha qui sommeillaient en attendant leur heure. Et l’heure du crime vint !

Enfin le crime… non plutôt l’heure du plaisir car ce shampooing solide mousse, et son odeur est… bah à la verveine pardi ! mais une verveine rehaussée de quelques gouttes d’huile essentielle de citron et de bois de rose.

Couplé à mon après-shampooing fétiche (la recette d’Artimuse où j’ajoute une cuillère à soupe de karité nilotica) et à quelques gouttes d’huile de coco pour nourrir, mes cheveux sont merveilleusement doux et surtout parfaitement domptés.

Sa recette ?

Shampooing solide « The Verv(e) »

50 g de cocosulfate de sodium (tensioactif)

20 g de SCI (tensioactif)

10 g de BTMS (émulsifiant/conditionneur)

10 g de beurre de cacao

10 g de beurre de karité nilotica

1 pointe de couteau d’extrait CO2 de camomille allemande (pour éviter les grat’ grat’)

Fragrance Verveine

Colorant bleu + jaune

(j’ai mutliplié x 4 les doses pour obtenir les 3 Bouddha + 7 fleurs)

Savon à la lavande pour Catherine

Catherine est une copine de fac et même si je ne la vois que très rarement (ça doit faire 4 ans que je ne l’ai pas vue), c’est une personne que j’apprécie beaucoup. Un peu décalée, très chouette. Elle aime les savons à paillettes. C’était chouette quand je faisais du melt and pour mais maintenant je dois me battre avec la soude pour qu’elle ne me les mange pas.

Sinon elle aime la lavande, c’est un peu mieux. Sauf pour ceux qui n’aiment pas travailler la lavande. J’en suis.

J’aime pas trop trop la lavande sauf pour ses effets zen à petite dose. Sinon quand je suis trop en contact avec, ça me rappelle la mauvaise lavande des produits pour WC (la lavande synthétique que je sentais quand j’étais contrainte de rester enfermée dans les WC quand j’avais une migraine et que c’était le seul endroit où je pouvais être dans le noir).

La lavande, ce n’est pas comme les agrumes. Ca tient. Et quand on fait sécher les savons dans la chambre, on regrette d’avoir dit oui à la lavande. Mais bon, Catherine elle les mérite amplement.

Recette du savon à la lavande pour Cath

(batch de 600 g)

Huile d’olive 30 %

Huile de tournesol 20 %

Beurre de karité nilotica15 %

Huile de babassu 15 %

Huile de coco 15 %

Huile de ricin 5 %

A la trace : 1 cuillère à café de miel de lavande, 1 cuillère à soupe de crème fraiche.

Absence

Je vais m’absenter pour cause de déménagement.

Je vous souhaite encore une excellente année 2010 et plein de cosmétos 🙂


Bisous

Je ne sais pas si c’est le monde de la cosméto maison…

chat-rose

… naturelle qui rend les gens aimables, où si je suis en plein rêve : hier je suis allée directement à Nanterre, chez Bilby… la personne qui m’a reçue a été des plus agréables, pas de sourire forcé, pas de forcing à la vente, très agréable. Je ne sais pas son prénom, mais entrer dans sa boutique m’a fait du bien ! En plus elle est adorable, devant mes quelques questions de débutante elle m’a bien aiguillée. Merci Madame Bilby !

bilby

J’ai fait une bourde en commandant chez Sensory Perfection, je me suis trompée de mode d’expédition et j’avais envie d’ajouter quelques fragrances. Jo m’a bien aidée et a été très disponible. J’ai été étonnée de tant de rapidité à traiter les mails.

Ça fait plaisir de voir encore ça, dans un monde où les sociétés pensent que pognon et qu’au pognon, quitte à ne pas s’occuper ou fidéliser sa clientèle, de nous refourguer des tas de choses inutile, tant qu’il y a des pigeons pour acheter.

sensory

J’ai (ré)essayé le savon noir

La dernière fois que je m’en suis servie, ou plutot qu’on s’en est servi sur moi, je devais avoir 7 ans, au hammam au Maroc. Ensuite j’ai carrément zappé son existence,. je suis allée deux fois à Velan en avril, la première fois, je n’ai pas été jusqu’au bout de la procédure d’achat (la petite voix intérieure qui dit « j’en ai pas besoin… ») et la seconde fois j’ai dit « let’s go ». Et je regrette pas !

Le savon noir est un mélange de potasse et d’huile d’olive, qui sert à exfolier la peau et la laver (même s’il n’y a pas de grains), mais sert aussi pour les carrelages et tomettes. Le mieux ensuite est de passer un gant (kessa) qui peaufine l’exfoliation (les petits boudins de peau morte veulent bien dire que y’avait besoin, non ? lol).

Je ne sais pas si j’utiliserai le savon noir seul tous les jours car je trouve que la peau est sèche après mais ponctuellement genre 1/semaine me conviendrait très bien.

Donc le prix : 4,90€ pour 350 g
Marque
: Argan Argany (y’a pas une goutte d’argan par contre dedans !)
Trouvé chez : Velan